Stages

Les stages pour adultes se déroulent selon la formule simple répartie du vendredi soir au dimanche. Les stages dédiés aux enfants ont lieu durant les vacances scolaires et leur tarif est établi selon le quotient familial.

Les tarifs des stages adultes vont de 65 € à 75 € si le matériel est coûteux, comme celui de la gravure ou la peinture à l’huile. Le paiement de tous les stages peut être échelonné jusqu’à 3 versements.

Renseignements et inscriptions : 01 48 34 41 66 – 10h00-12h30 et 14h00-17h00.

monet-web

Les stages proposés par le CAPA s’adressent à un large public, sans distinction de niveau. Il offre un terrain d’expérimentation, de découverte, d’échange et de création.

Les stages viennent compléter les ateliers hebdomadaires qui permettent une pratique régulière et approfondie dans le domaine de la peinture, du dessin, de la sculpture, de la photographie, de la gravure.

C’est un temps privilégié pour les personnes qui fréquentent les ateliers du CAPA et qui veulent découvrir ou se former à de nouvelles techniques, s’ouvrir à des pratiques résolument contemporaines.

Programmer une série de stages est l’occasion de toucher un nouveau public qui n’a pas forcément l’occasion ou la disponibilité de pratiquer les arts plastiques tout au long de l’année.

Ces stages sont proposés par des artistes enseignant au CAPA : Céline Cléron, Bruno Gadenne et Irina Rotaru. Des artistes extérieurs sont également invités : Julien Desailly, Virginie Descamps, Camille Grosperrin, Vassilis Salpitis, Pascal Teffo et Felipe Vincenot.

Au plaisir de vous voir !


Du 20 au 22 janvier 2017 : L’image en jeu
À partir de 16 ans – Céline Cléron

hirst-web

Ce stage s’articule autour de l’image en relation avec la mémoire, sa disparition ou son aspect résiduel.

Nous expérimenterons différents états de matérialité de l’image, elle sera par exemple troublée par des interventions qui ne lui permettent pas de se fixer dans le temps ou sur un support, ailleurs, son altération ou sa fragmentation créeront un trouble et un décalage de perception.

Matériel à prévoir : grands bols ou bassines blanches, petits et grands pinceaux, une dizaine de cartes postales par personne (reproduction de peintures, portraits ou paysages), 1 boite de Pringles vide par personne, miroirs, résidus et objets de récupération, photographies, petits objets personnels.

Tarif : 65 euros. Possibilité de paiement échelonné.

Vendredi 20 janvier de 18h30 à 21h30
Aquarelle dans l’eau
Plonger son pinceau dans l’eau qui est d’habitude plutôt le geste qu’on a pour le laver définit cette première activité.
Ce travail inspiré de celui de Sarkis aborde la question de la mémoire d’une image et de sa dissolution. Pas de feuille de papier mais pour tout espace pictural un bol rempli d’eau.
Ephémère, l’image échappe au modèle iconographique auquel elle se réfère (reproduction de tableaux sous la forme de cartes postales ou photocopies couleur), tout en n’éludant pas le lien que le regard entretient avec l’image de départ.

Samedi 21 janvier et dimanche 22 janvier de 14h à 18h
Visions Kaléidoscopiques
Du grec kalos = beau, eidos = image, skopein = regarder.

Le kaléidoscope est un instrument formé d’un tube à l’intérieur duquel se déploie des combinaisons infinies d’images et de couleurs chatoyantes. Il permet de regarder le monde différemment en le déformant et en créant de la beauté par le recyclage et la transformation de fragments dérisoires, bouts de plastique, papiers colorés, perles…
Chaque participant fabriquera un kaléidoscope à partir de matériaux de récupération trouvés dans l’atelier du CAPA et à partir de fragments de photographies, images dessinées, écritures, petits fragments personnels constituant l’ensemble mouvant d’une mémoire diffuse et morcelée.

Dans un second temps, chaque participant s’inspirera des propres motifs produits par son kaléidoscope afin de réaliser plusieurs peintures et dessins rendant compte de différentes compositions.


Du 10 au 12 février 2017 : Comment raconter sans dire
À partir de 16 ans – Pascal Teffo

pascal-web

Objet insolite, espace de jeux mystérieux, discret, intime, le livre d’artiste ouvre des univers qui se situent entre la peinture et la sculpture dans des dimensions qui dépassent les moyens habituels de la narration. Le livre objet est une œuvre qui prend forme par assemblage, emboîtage, superposition. Chercher comment réinventer un texte avec les moyens du plasticien, c’est mettre en scène des mots, un poème, une histoire en inventant de nouveaux codes de lecture en osmose avec tous les moyens plastiques contemporains. Le livre devient ainsi un lieu où les traces plastiques multiplient les possibilités de lecture.
Dans une démarche expérimentale qui exploitera toute les libertés plastiques de matériaux traditionnels et contemporains, il s’agira d’approfondir les liens qui unissent texte et « image ». Le papier, le carton, les fils, les encres, le bois, la pierre, le cuivre, les tissus, le collage, la photographie, la typographie…seront les supports matériels d’émotions à partager.

Matériel à prévoir : un vieux tee-shirt ou une blouse, de tas de matériaux choisis (papier, tissus, carton, fils de coton et fils de laine, corde, photographies, images…

Tarif : 65 euros. Possibilité de paiement échelonné.

Vendredi 10 février de 18h30 à 21h30
-Présentation du stage (matériels et côté pratique)
-Petit historique du livre d’artiste: invention et fabrication du papier, techniques d’impression, de reliure et de pliage… (Projection et présentation de documents)
-Etude des textes choisis par les participants et réalisation d’un premier projet simple : réalisation directe de maquettes, conception et création d’un chemin de fer… (Papiers pliés, kraft et carton)
– Mise en forme de la(ou des) maquette(s) : pliages, collages, assemblage, encres, couleurs…

Samedi 11 février de 14h à 18h
-Dernière mise au point de ce premier projet
-Etude et conception d’un projet plus complexe : choix d’un texte et de ses esthétiques et plastiques possibles (mot, poème, extraits, citations…) et mise en forme du livre par assemblages, superpositions, transparences, reliures, emboitages…en utilisant tout type de matériaux.

Dimanche 12 février de 14h à 18h
-Nouvelles recherches, mises au point technique (manipulation, facilités de lecture…) et réalisation finale du livre (avec emboitage possible)
-Petite expo des réalisations et prise de vues par les participants des différents livres réalisés

En fonction du choix des formats et des thèmes, il sera bien sûr possible de réaliser plusieurs livres. Une couleur et/ou un type de matière picturale pourront être également sujets de livres, sans obligation de texte ; cette possibilité s’adressant plus particulièrement à un public ayant déjà pratiqué le dessin et la peinture.


Du 13 au 18 février 2017 : Concert dessiné
Enfants 7 – 13 ans – Julien Desailly & Camille Grosperrin

concert-dessine-web

À la croisée des univers du dessin et de la musique, le concert dessiné permettra de raconter une histoire en temps réel.
Camille Grosperrin, artiste, et Julien Desailly, dessinateur de bande-dessinée et musicien, en aborderont les deux facettes : l’image et le son. Les enfants seront tantôt dessinateurs, bruiteurs ou musiciens et expérimenteront ensemble les mécanismes du concert dessiné afin de se les approprier.

En partant d’objets collectés par les intervenants, les enfants inventeront une histoire, la transposeront en dessin, en effets visuels (ombres chinoises, superpositions, effets spéciaux…), en bruitages et en musique, avant de présenter leur création au CAPA lors d’une représentation exclusive!

Matériel à prévoir : une paire de ciseaux, pinceaux de différentes tailles, un vieux tee-shirt ou une blouse, une tenue noire (ou foncée) pour le spectacle du samedi

Matériel fourni par le CAPA : papiers divers (A3, colorés, cartonnés…), scotch, colle, crayons de couleurs, feutres, peinture, video projecteur avec caméra ou appareil photo, une salle noire avec écran…

Tarif établi en fonction du quotient familial

Lundi 18 avril de 14h à 16h
Camille et Julien feront une démonstration du dispositif par un exemple rapide de concert dessiné. Les enfants découvriront une sélection d’objets autour du champ lexical de l’oiseau puis ils écriront une histoire de manière collective.

Mardi 19 avril de 14h à 16h
Les enfants mettront en image leur histoire avec Camille et testeront régulièrement le rendu projeté avec Julien.

Mercredi 20 avril de 14h à 16h
Les enfants se répartiront les rôles puis s’approprieront le dispositif sonore.

Jeudi 21 avril de 14h à 16h
Les enfants feront dialoguer les images et les sons qu’ils ont créé, d’abord par courtes séquences.

Vendredi 22 avril de 14h à 16h
Filage du spectacle en entier.

Samedi 23 avril de 14h à 16h
Installation du matériel de projection et du dispositif sonore (micros, instruments), préparation collective d’un gouter, et projection devant les parents à 16h.


Du 3 au 5 mars 2017 : Paysage en intérieur
À partir de 16 ans – Bruno Gadenne

bruno-web

Après une mise en place rapide d’une maquette reconstituant un paysage miniature plus ou moins crédible (à l’aide de brocolis, fausses roches, plantes, tissus, figurines..) voir surréaliste, l’objectif sera de s’en inspirer pour peindre des études de celles-ci sous différents angles, sur le même principe de travail que les peintres « paysagistes » des XVIe et XVII siècles.

Nous verrons quels outils nous permettent de simuler une observation d’après nature, à l’aide de perspective atmosphérique, changement d’échelle et autres.

Matériel à prévoir : pinceaux et palette, chiffons – éléments de maquette : galets, fausses roches, plantes, graines germées, tissus, figurines (jouets, animaux, voitures…), papier « crèche » (roche), petites boîtes et cartons et polystyrène (éléments d’architecture), brocolis et choux (arbres et bosquets), maquettes de bateaux, papier de verre (sable), bouts de bois (troncs), papier aluminium/cellophane (eau), sucre (neige, sable), et tout autre objet qui vous semble approprié.

Matériel fourni par le CAPA : papier, fusains, crayons, peinture à l’huile et auxiliaires.

Tarif : 65 euros. Possibilité de paiement échelonné.

Vendredi de 18h30 à 21h30
Présentation du projet, installation en commun de la maquette sur plusieurs tables à l’aide des éléments ramenés par les participants. Nous nous attacherons à une ré-interprétation réaliste à partir de ces éléments divers et variés.
Premiers dessins d’études.

Samedi de 14h à 18h
Premières études en couleur, à l’huile, après avoir choisi un point de vue sur la maquette.

Dimanche de 14h à 18h
Poursuite de la peinture de paysage d’après la maquette, en variant les points de vue. Tour de table et discussion autour de la production de chacun.


Du 24 au 26 mars 2017 : Le portrait dessiné
À partir de 14 ans – Irina Rotaru

irina-web

Tout au long de l’histoire de l’art le portrait reste un défi majeur. Le dessinateur, le peintre ou le sculpteur observe, construit et contemple. Acquérir une base anatomique est une étape indispensable dans cet atelier, afin de connaitre les proportions, l’articulation et les correspondances qui constituent le visage humain.

Pour la réussite d’un portrait l’observation et la construction alternent avec un regard approfondi. On avancera progressivement vers l’essence, l’expression qui rend un portrait aussi vivant que son modèle et nous amène à le contempler.

Matériel à prévoir : support dur format A3 type carton, carton à dessin ou un carnet de croquis, des pinceaux aquarelle (petit, moyenne et grande taille).

Matériel fourni par le CAPA : papiers divers, crayons à dessin, craies, plumes à dessin, encre…

Tarif : 65 euros. Possibilité de paiement échelonné.

Vendredi 24 mars de 18h30 à 21h30
Pour commencer nous chercherons les volumes simplifiés crâniens et leur extension tel le cou et les épaules. Nous étudierons comment ces éléments s’articulent dans l’espace et quelles sont leurs proportions. Nous expérimenterons également les différentes mises en perspectives selon les mouvements.

Samedi 25 mars de 14h à 18h
Pour comprendre la surface, on doit connaître son support. Nous dessinerons le crâne. Avant de dessiner un visage, nous devons nous familiariser avec sa logique. La connaissance de l’anatomie et du fonctionnement mécanique nous rendent plus libres. Nous irons plus loin, en étudiant une partie du squelette et le port du crâne.

Dimanche 26 mars de 14h à 18h
Après avoir crée des esquisses simplifiées dans lesquels nous aurons vérifié l’emplacement des éléments, nous nous attaquerons au portrait abouti en appliquant progressivement les étapes acquises. Nous apprendrons comment traiter certains détails en dessin et nous découvrirons une logique que l’on retrouve aussi dans la peinture, telle la façon de représenter les yeux ou les cheveux, ou comment faire circuler la lumière…
Nous apprendrons aussi des grands maîtres : Holbein le Jeune, Dürer, Rembrandt, Daumier, Ingres, Lautrec, Degas, Van Gogh, Seurat, Schiele, Janssen, Hockney…


Du 10 au 14 avril 2017 : Sublimer le recyclage
Enfants 7 – 13 ans – Céline Cléron

celine-enfants-web

Les objets sont tout autour de nous et attendent d’être réutilisés ! Il suffit de devenir de petites glaneuses et de petits glaneurs, de ramener des objets qu’on aime à ce stage – comme on ramasse des coquillages sur la plage ou des cailloux dans la forêt – et d’utiliser tout notre imaginaire pour leur rendre leur poésie, l’histoire secrète et muette qu’ils nous racontent !

La démarche principale lors de ce stage sera de récupérer pour recomposer.

Nous collecterons objets et petits débris afin d’élaborer un nouveau langage, de nouvelles images dont certaines pourront même créer des combinaisons infinies !

Matériel à prévoir : résidus et objets divers de récupération en plastique, en carton, en bois, rouleaux cartonné de Sopalin ou boites de Pringles…

Tout le reste du matériel sera fourni par le Capa.

Tarif établi en fonction du quotient familial

Lundi 10 avril de 14h à 16h
Compositions fragmentées
En nous inspirant du travail de Tony Cragg qui recycle des débris d’objets en plastique collectés un peu partout, cette première activité aura pour but d’assembler, accumuler, combiner et juxtaposer des objets issus de notre environnement quotidien. Comme de vrais archéologues, nous classerons les différents fragments par taille, couleur, matière et tenterons de faire surgir au mur et/ou au sol une image parmi les fragments, objets et débris collectés.

Mardi 11 avril de 14h à 16h
Suite des activités autour du travail de Tony Cragg

Mercredi 12 avril de 14h à 16h
Kaléidoscope du grec kalos = beau / eidos = image / skopein = regarder.
Le kaléidoscope est un jouet formé d’un tube à l’intérieur duquel se déploie des combinaisons infinies d’images et de couleurs chatoyantes. Il permet de regarder le monde différemment en le déformant et en créant de la beauté par le recyclage et la transformation de fragments dérisoires, bouts de plastique, papiers colorés, perles…
Chaque enfant fabriquera son kaléidoscope à partir de matériaux de récupération trouvés dans l’atelier du CAPA ou ramenés de chez lui.

Jeudi 13 avril et vendredi 14 avril de 14h à 16h
Rythmes Colorés
Suite et fin de la fabrication des Kaléidoscopes.
Nous nous inspirerons des mosaïques colorées créées par les motifs observés dans le kaléidoscope pour découvrir le travail du peintre Robert Delaunay et ses disques et « Rythmes colorés ».
Dans ses peintures, les formes sont en mouvement un peu à la manière du kaléidoscope que l’on fait tourner.
Nous ferons des dessins d’après certains de ses tableaux.
Puis chaque enfant s’inspirera des propres motifs produits par son kaléidoscope afin d’en réaliser une peinture.


Du 29 au 30 avril 2017 : Le Louvre-Aubervilliers ou le paysage lointain et proche
À partir de 16 ans – Vassilis Salpistis

vassilis-web

Rien de plus simple, de plus évident, en apparence, que le paysage. Depuis son apparition comme sujet autonome, on peut retrouver un paysage pour chaque moment de l’histoire de la peinture, et on pourrait presque supposer que chaque paysage a connu à un moment ou un autre une tentative d’interprétation par la peinture ou le dessin. Ce qui explique cette constance c’est qu’au delà d’un simple choix de sujet, le dessin et la peinture nous permettent à travers le paysage d’appréhender, de réfléchir et de nous situer par rapport à notre environnement. C’est peut-être pour cette raison qu’il constitue un attrait autant pour le voyageur que pour le sédentaire.

Mais faire un paysage commence par le regard, et pour voir le paysage il faut d’abord regarder la peinture. Pour faire donc un paysage à Aubervilliers, il faut d’abord prendre la ligne 7 pour aller au Louvre, se renseigner auprès de Poussin, Constable, Canaletto ou Hubert Robert.

Matériel à prévoir : carnets de croquis, appareil photo numérique, tablette numérique ou téléphone portable avec le câble nécessaire pour connecter l’appareil à un ordinateur, crayons, pinceaux.

Matériel fourni par le CAPA : papiers divers, aquarelle, encres de couleurs, encre de chine, acrylique, pastels, fusain – ordinateur pour téléchargement des images et imprimante noir & blanc…

Tarif : 65 euros. Possibilité de paiement échelonné.

Samedi 29 avril de 10h à 18h
Nous commencerons donc par une visite au Louvre pour explorer une série des paysages lointains, voir la peinture comme de la matière première de nos paysages à venir.
Ensuite, nous reviendrons à Aubervilliers où avec le regard renouvelé, des carnets de croquis et des appareils photo, nous prendrons une série de notes sur son paysage urbain.
Enfin, nous retrouverons l’atelier du CAPA pour y entamer nos propres travaux en peinture et en dessin.

Dimanche 30 avril de 11h à 18h
Poursuite des travaux avec la possibilité d’ouvrir notre pratique à d’autres médiums et d’autres formats, mais aussi de continuer à la nourrir par l’histoire de l’art, à travers des ouvrages consacrés aux artistes qui ont travailler sur le paysage. Nous échangerons autour de la production de chacun.

Une pause repas sera organisée le samedi et le dimanche : apportez vos sandwiches !


Du 19 au 21 mai 2017 : Le carnet de voyage au quotidien
À partir de 16 ans – Felipe Vincenot

felipe-web

Le quotidien est parfois ennuyeux ou répétitif ; alors pourquoi pas le rendre inventif, coloré et mystérieux en le sublimant par l’art ?

Immergé dans ses trois jours de stage, nous élaborerons un carnet de voyage au quotidien en nous servant de tout : dessins, photographies, écritures, collages, photocopies…

Ces différents éléments seront retravaillés et agencés à la manière d’un patchworks, sous forme de pages reliées entre elles à la fin du stage.

Matériel à prévoir : matières premières brutes du quotidien ( images diverses, dessins d’enfants, notes…), pinceaux, colle, ciseaux.

Matériel fourni par le CAPA : Cahiers moleskine par personne, peinture, encre, papiers divers…

Tarif : 65 euros. Possibilité de paiement échelonné.

Vendredi 19 mai de 18h30 à 21h30
Collecte des images : photographies, photocopies, gribouillis, dessins d’enfants, mandalas…apportées par les participants. Ces images seront extraites du quotidien, ce sont celles que l’on garde, sans trop savoir pourquoi…
Nous commencerons à les agencer et à les coller dans les différentes pages, afin de constituer une première couche _ ou strate « archéologique » _ à la construction du carnet.

Samedi 20 mai de 14h à 18h
Cette séance se déroulera en partie à l’extérieur : nous croquerons rapidement des silhouettes, des architectures, et autres, dans la rue…Ces esquisses viendront s’ajouter, se juxtaposer, aux premières images obtenues.
En rentrant au CAPA, nous y poseront des couleurs, des taches, y provoquerons des accidents, afin d’enrichir les pages d’une seconde strate de vie.

Dimanche 21 mai de 14h à 18h
Nous insisterons sur l’idée de pérennisation de ce cahier de voyage au quotidien. En y ajoutant de l’écriture « banale », comme la liste des courses, des numéros de téléphone, et autres pense-bêtes pour rendre ce livre objet indispensable à notre vie de tous les jours. Il sera sans cesse améliorable, afin de s’habituer, comme une gymnastique, à voir le quotidien comme une source d’évasion à travers ses pages.