Stages

Les stages proposés par le CAPA s’adressent à un large public, sans distinction de niveau. Il offre un terrain d’expérimentation, de découverte, d’échange et de création.

Les stages viennent compléter les ateliers hebdomadaires qui permettent une pratique régulière et approfondie dans le domaine de la peinture, du dessin, de la sculpture, de la photographie et de la gravure.
C’est un temps privilégié pour les personnes qui fréquentent les ateliers du CAPA et qui veulent découvrir ou se former à de nouvelles techniques, se consacrer à un thème sur un temps resserré, s’ouvrir à des pratiques résolument contemporaines.

Ces stages sont proposés par des artistes enseignants au CAPA : Laurence De Leersnyder et Sandrine Rondard. Des artistes extérieurs sont également invités : Fanny Béguery, Kristina Shishkova et Pascal Teffo. Tous nous ont intéressés par la singularité de leur démarche artistique et de leur univers plastique.

Nous vous proposons des approches variées et conçues pour tous les publics.


Constructions mobiles : Un atelier de moulage et de photographie
– Du lundi 21 octobre au jeudi 24 octobre 2019 – avec Fanny Béguery

Enfants 7 – 13 ans
Du lundi 21 octobre au jeudi 24 octobre 2019 de 14h30 à 16h30

À partir d’une visite au Centre Pompidou de l’atelier du sculpteur Constantin Brancusi (1876-1957), Fanny Béguery proposera aux enfants et aux parents présents de penser un point de passage entre la sculpture et l’objet domestique. Il sera question d’éclat, d’assemblage, d’observation, de reproduction, de mobilité des objets. Nous vous invitons à nous rejoindre pour cette semaine qui permettra aux «enfants-bricoleurs » de regarder autour d’eux et de composer en jouant.

Lundi 21 octobre de 14h00 à 16h30 – (Visite au Centre Pompidou)
Cette première séance sera un moment de découverte. Les outils du dessin et de la photographie permettront à chaque participant de questionner l’oeuvre du sculpteur roumain, ce qu’il en découvre. Fanny Béguery fera le récit de ce qu’était cet espace de présentation des œuvres si singulier que proposa Brancusi.

Mardi 22 octobre de 14h30 à 16h30
Au lendemain de cette visite, nous moulerons des objets pour une initiation à la sculpture : recouvrir des choses, assembler et regarder ; peut-être même faire émerger des formes en mouvement…

Mercredi 23 octobre de 14h30 à 16h30
Cette troisième séance sera l’occasion de poursuivre les gestes essayés le jour passé. Nous travaillerons aussi à partir des images faites lors de la visite de l’atelier de Constantin Brancusi et nous découvrirons le regard porté par le sculpteur sur ses propres œuvres à travers son travail photographique et filmique qui sera présenté en début de séance.

Jeudi 24 octobre de 14h30 à 16h30
Les enfants proposeront un accrochage des objets imaginés. Ce sera un moment d’exposition que nous partagerons avec les parents autour d’un goûter en fin de séance de 16h00 à 16h30.

Matériel à prévoir : Vieux tee-shirt ou blouse pour protéger les vêtements.
Tout le reste du matériel est mis à disposition par le CAPA. Ce dernier prend en charge le prix de l’entrée au Centre Pompidou. Prévoir 2 tickets de métro pour chaque enfant (et pour les parents accompagnant).

Tarif établi en fonction du quotient familial. Ouvert gratuitement aux parents.


Pointe sèche et contrecollé – Vendredi 21, samedi 22 et dimanche 23 février 2020 – avec Pascal Teffo

À partir de 16 ans
Vendredi 21 février de 18h30 à 21h30 / Samedi 22 & Dimanche 23 février de 14h à 18h

La pointe sèche est une technique de gravure simple à mettre en œuvre, elle fait appel au geste premier des arts plastiques, celui d’inciser, de graver, de laisser une trace dans une matière solide. Le nom vient de l’outil utilisé, une pointe d’acier dans un manche en bois qui se tient comme un crayon et qui s’utilise plutôt de manière spontanée. Les traits ainsi obtenus, en général sur une plaque de cuivre, une fois encrés et reportés sur papier par passage sous la presse sont d’une qualité spécifique -le fameux trait de « velours»- et plein d’expressivité.

Qui dit gravure dit estampe, donc impression : il s’agit d’imprimer l’objet gravé sur un papier adapté et préparé pour subir la pression de la presse et recevoir l’encre piégée par la matière gravée. Les différentes étapes, les modifications de la composition et les variations d’encrage et de papier permettent la réalisation de petites éditions numérotées.

Dans le domaine de la gravure, il y a deux métiers bien spécifiques et inévitablement liés, celui du graveur et celui de l’imprimeur. Dans le cadre de ce stage, nous les aborderons de manière progressive et nous mettrons en évidence les richesses et les subtilités de cette technique qui sera enrichie par le contrecollé ( collage d’un second papier, plus fin, au moment de l’impression).

Vendredi 21 février de 18h30 à 21h30
Petit historique de la gravure en taille douce (eau forte, burin, aquatinte…), présentation d’outils, de gravures, de papiers et de reproductions… Premiers essais de gravure et d’impression sous forme de testes sur Rhénalon (s‘apparente au rhodoïd et permet de graver en transparence), recherches sur les variation de lignes, de traits de matières (petit format).

Préparation et trempage des papiers pour le lendemain.

Samedi 22 février de 14h à 18h
Réimpression des essais de la veille après reprise technique des plaques, puis réalisation de gravure de plus grand format, compositions préparées avec des feutres sur Rhénalon. Impressions sur différents papiers avec variations d’essuyages et premiers essais de contrecollé. (papier de chine).

Préparation de papiers pour le lendemain.

Dimanche 23 février de 14h à 18h
Nouvelles gravures avec pour objectif d’en faire une petite édition numérotée. Utilisation d’encres de couleurs ou variations de noirs sur contrecollé.

Tout le matériel est fourni par le CAPA.Tarif : 70 euros. Possibilité de paiement échelonné.


Construire un tableau morceau par morceau – Vendredi 27, samedi 28 et dimanche 29 mars 2020 – avec Kristina Shishkova

À partir de 16 ans
Vendredi 27 mars de 18h30 à 21h30 / Samedi 28 & Dimanche 29 mars de 14h à 18h

David Hockney est considéré aujourd’hui comme le peintre vivant le plus connu dans le monde. L’artiste n’a cessé de remettre en question son style et sa technique dans un travail allant de l’abstraction à l’hyperréalisme, et de la photographie au dessin sur IPad.

Les grandes peintures de David Hockney seront la base de réflexion pour ce stage. D’un côté, il y aura l’envie de créer en grand, de l’autre la contrainte de composer sa peinture ou son dessin à partir de formats plus petits. Nous allons discuter de ce qu’exige de l’artiste ce type de composition et de ce qui change dans la manière de concevoir l’œuvre en réalisant un grand format à partir de plusieurs plus petits et non pas sur un seul support.

Cette expérience se fera d’après nature morte en deux temps – travail individuel et œuvre collective.

Vendredi 27 mars de 18h30 à 21h30
Présentation du stage avec des exemples d’œuvres en grand format composées de plusieurs plus petits (David Hockney, Malcolm Morley, Marc Desgrandchamps, Elmar Trenkwalder…).
Discussion autour du sujet et premières esquisses (croquis en noir et blanc) d’après nature morte.
Travail individuel en essayant de composer un grand format (50 x 60 cm) à partir de formats carte postale (10 x 15 cm). Chacun commencera par la représentation d’une partie de la nature morte sur un petit format et progressivement ajoutera les autres parties afin de réaliser l’image entière. La contrainte étant de travailler à chaque fois sur un seul morceau sans avoir le précédent à côté.
Présentation des travaux et discussion autour des expériences réalisées.

Samedi 28 mars de 14h à 18h
Nous allons travailler d’après nature morte. Chacun réalisera un ou plusieurs peintures format raisin représentant à chaque fois une partie de la nature morte. Chaque peinture fera partie de l’œuvre commune le but étant de réaliser une image globale.
Exercice de mise en carreau – comprendre le principe d’agrandissement d’une image pour pouvoir ensuite l’appliquer dans le travail collectif.
Début du travail de conception et réalisation de l’œuvre commune en grand format.
Préparation des supports et réalisation de la composition de l’œuvre au crayon à papier.

Dimanche 29 mars de 14h à 18h
Exercice de réalisation d’une palette de couleurs.
Fabriquer la gamme de couleurs à utiliser pour l’œuvre collective.
Poursuite du travail collectif, mise en couleur, accrochage de l’œuvre et retouches éventuelles pour harmoniser l’ensemble.
Présentation des travaux et discussion sur les expériences diverses réalisées durant le stage.

Tout le matériel est fourni par le CAPA. Tarif : 70 euros. Possibilité de paiement échelonné.


« Faire une empreinte » : Une histoire de la sculpture – Du mardi 14 au vendredi 17 avril 2020 – avec Laurence De Leersnyder

Enfants 6 – 10 ans
Du mardi 14 au vendredi 17 avril 2020 de 14h à 16h30

«Faire une empreinte, tout le monde sait ce que c’est, tout le monde sait faire. Tout le monde, un jour ou l’autre, l’a fait, en traces de pas ou en pâtés de sable sur la plage, en doigts tachés d’encre ou en frottages de monnaies sur une feuille de papier (….)» Extrait du catalogue de l’exposition «L’Empreinte» (Georges Didi-Huberman, Centre Georges Pompidou, 1997).

C’est à partir de cette idée de jeu et d’immédiateté que nous aborderons une technique de sculpture particulière : l’empreinte.
De la trace d’une feuille sur le papier, à la main prise dans l’alginate ou à l’objet enfoncé dans l’argile, les manières de réaliser une empreinte sont nombreuses.
A travers la réalisation de petites oeuvres nous aborderons ces différentes techniques et les matériaux qui y sont associés. Autant d’occasions de découvrir des matières, de toucher et d’expérimenter. Pour tous les «apprentis-artistes» qui souhaitent découvrir la sculpture, en mettant les mains dedans.

Mardi 14 avril de 14h00 à 16h30
Au cours de cette première séance, nous irons glaner à l’extérieur des objets, naturels ou industriels, qui serviront de répertoire de formes pour réaliser les empreintes. De retour à l’atelier nous ferons un inventaire de toutes les choses récoltées. Cette étape constituera déjà une première approche des matières : pierre, métal, bois, plastique et de leurs qualités : lisses ou en relief, molles ou rigides, friables ou solides, fines ou épaisses…
Nous finirons cette séance par la présentation de différentes oeuvres d’artistes faisant usage de l’empreinte (Giuseppe Penone, Gabriel Orozco, Arnaud Vasseux).

Mercredi 15 avril de 14h00 à 16h30

Durant cette séance, nous aborderons les différentes techniques d’empreintes et de moulages ainsi que les matériaux associés. Nous créerons nos premières empreintes à l’aide d’argile, d’alginate et de silicone, puis dans un second temps nous réaliserons en plâtre des moulages de ces différentes formes. 



Jeudi 16 avril de 14h00 à 16h30

Cette troisième séance sera consacrée à la trace. Celle-ci constitue une autre manière de faire une empreinte. Plus légère, plus fugace. Nous réaliserons notamment des traces de feuilles d’arbres à l’aide d’encres et de peinture sur papier ou sur tissu.
Nous découvrirons à cette occasion le travail d’artiste comme Simon Hantaï ou Yves Klein.

Vendredi 17 avril de 14h00 à 16h30

A l’occasion de la dernière séance nous démoulerons les plâtres réalisés pendant la deuxième séance. Nous découvrirons les drôles de formes laissées par les objets dont nous avons pris l’empreinte. Nous accrocherons aussi dans l’atelier les oeuvres sur papier afin de les observer. Ce moment d’exposition et de regard porté sur les travaux réalisés sera aussi l’occasion de comprendre les phénomènes «d’effets miroir» et « d’inversion négatif et positif » qui sont au centre des techniques de la trace et de l’empreinte.
Les parents seront invités à nous rejoindre en fin de séance autour d’un goûter pour découvrir les oeuvres confectionnées par leurs apprentis-artistes durant la semaine.

Matériel à prévoir : Vieux tee-shirt ou blouse pour protéger les vêtements. Tout objet non précieux que l’enfant aimerait ramener pour en faire l’empreinte (boutons, coquillages…..). Tout le reste du matériel est mis à disposition par le CAPA. Tarif établi en fonction du quotient familial.


Arpenter et attraper le hasard, en passant de la photo à la peinture
– Vendredi 29, samedi 30 et dimanche 31 mai 2020 – avec Sandrine Rondard

À partir de 16 ans
Vendredi 29 mai de 18h30 à 21h30 / Samedi 30 & Dimanche 31 mai de 14h à 18h

L’idée de ce stage sera de réaliser une peinture/paysage, avec comme point de départ, une image saisie au hasard d’une déambulation dans le quartier de la Maladrerie dont la foisonnante place laissée au monde végétal permet de multiples possibilités picturales.

Apprendre à regarder et à s’arrêter sur ce que nous entoure… Une ombre, un nuage, un reflet, la densité d’un feuillage, une passante, un tag… Peu importe, il s’agira d’attraper ces moments que la lumière transfigure en instants de poésie pour les traduire ensuite physiquement dans la matière de la peinture à l’huile.

Vendredi 29 mai de 18h30 à 21h30
Nous partirons découvrir le quartier de la Maladrerie, à l’affût d’une lumière, d’une matière, d’une rencontre. Chacun « attrapera » ces instants-images grâce à son téléphone ou un appareil photo.
De retour à l’atelier, nous pourrons découvrir les photos de chacun via un transfert sur ordinateur.
Il s’agira alors de choisir une image à peindre. Nous pourrons alors nous apercevoir que l’intérêt n’est pas forcément dans le sujet central d’une photo que l’on croyait « bonne », mais dans le détail d’une autre qui paraissait pourtant insignifiante. On pourra se servir pour cela de photoshop (essais de cadrage, variations chromatiques, etc). L’image sélectionnée par chacun sera ensuite imprimée pour servir de « modèle » au tableau à venir.

Samedi 30 mai de 14h00 à 18h00
Préparation des formats et des supports. Dessin préalable au fusain. Etablissement de la palette de couleurs. Début du tableau avec mise en couleur de la totalité de la surface.
A la fin de la séance, nous chercherons ensemble sur chaque tableau un détail fortuit, une matière due au hasard, une forme involontaire, qui pourraient devenir l’élément essentiel et l’axe prépondérant de cette peinture.

Dimanche 31 mai de 14h00 à 18h00
Travail autour de l’axe défini à la fin de la séance précédente.
Glacis, finitions et détails.

Matériel à prévoir : Appareil photo ou téléphone portable avec une connection possible USB. Tarif : 70 euros. Possibilité de paiement échelonné.