Programmation

CAPA - Centre d'arts plastiques d'Aubervilliers

Fondé il y a plus de trente ans comme atelier en arts plastiques à destination des amateurs et situé dans le quartier de la Maladrerie qui comprend un grand nombre d’ateliers d’artistes, le CAPA déploie depuis 2014, sous l’impulsion de sa nouvelle directrice Juliette Fontaine et son équipe, un projet radicalement nouveau en adjoignant à cette activité pédagogique – profondément renouvelée, la production et l’organisation d’expositions d’art contemporain.

flyer-sd-9-01

La première exposition a vu le jour en octobre 2014 avec Sleep Disorders #9, avec Marion Auburtin, Juliana Borinski, Julia Cottin, Marina Gadonneix, Florentine et Alexandre Lamarche-Ovize, Benjamin L. Aman, Bettina Samson, Eric Stephany, Julien Tiberi et David De Tscharner. Commissariat : Marion Auburtin et Benjamin L. Aman.
Outre les commissaires, quatre artistes de l’exposition vivent et travaillent à Aubervilliers (Florentine et Alexandre Lamarche-Ovize, Julien Tiberi et Bettina Samson). L’exposition se déroulait dans un appartement du quartier de la Maladrerie. Le CAPA a également invité Sophie Gaucher à intervenir pour le finissage, dans le cadre d’une performance projetée sur l’architecture de Renée Gailhoustet.

Dynamique des fluides est la seconde exposition, dont le commissariat est assuré par Juliette Fontaine, avec Céline Cléron, Béatrice Cussol, Sophie Gaucher, Camille Grosperrin, Isabelle Lévénez et Pierrick Naud. Parmi les artistes, quatre font partie de l’équipe pédagogique du CAPA, régulièrement (Céline Cléron et Isabelle Lévénez) ou ponctuellement (Sophie Gaucher) et (Camille Grosperrin) qui a son atelier dans la Maladrerie. L’exposition a eu lieu une nouvelle fois dans un appartement de la Maladrerie, au 6 passage Daquin en mars 2016.

Dans le même appartement, les artiste Jennifer Caubet et Flavie Pinatel ont proposé une carte blanche Proliférances en mai 2016.

En effet et du fait de l’absence d’espace d’exposition dans ses locaux, le CAPA a, dès la première exposition, sollicité un partenariat original avec l’OPH de la Ville d’Aubervilliers, qui met à sa disposition des appartements dans le quartier de la Maladrerie. Outre la qualité des lieux proposé et leur singularité de disposition, cette démarche atypique vise à déployer d’une manière singulière les relations entre le Centre d’art et son quartier.
Rappelons tout d’abord que le projet architectural (1975-1986) de Renée Gailhoustet pour la Maladrerie a été dès le départ d’intégrer une cinquantaine d’ateliers d’artistes à une cité de logements – l’architecte étant par ailleurs l’auteure d’un grand nombre de projets innovants en Ile-de-France. Faisant écho à ce projet initial, la démarche qu’entreprend le CAPA en investissant ainsi des logements sociaux est loin d’un projet institutionnel ou de l’exportation d’une galerie en banlieue.

Créer des expositions exigeantes et itinérantes dans une cité au contexte social très difficile répond à la volonté d’expérimenter de nouvelles formes, aussi bien pour les artistes que pour une population locale qui en est souvent privée. Tout en veillant à l’exigence de son projet artistique, le CAPA implique les habitants d’une manière importante dans le déroulement de l’évènement, tout en proposant un réel travail de médiation et d’inscription auprès du public. Dans la même logique, il veille à ce que les artistes exposés soient toujours rémunérés. Nul art social ou bénévolat expérimental ici, mais la volonté de construire un projet « soutenable » où l’ensemble des acteurs – public, artistes, habitants – fassent l’objet de la même exigence et de la même attention.

Deux nouvelles expositions se profilent : Le silence est d’or – commissariat Juliette Fontaine – avec Virginie Descamps, Irina Rotaru et Gabrielle Wambaugh (mars 2017); Faire Chantier – commissariat Isabelle Lévénez – avec Bernard Callet, Isabelle Ferreira, Thomas Guyenet, Claude Lévêque et Benjamin Sabatier (mai 2017).

Par ailleurs, le CAPA propose des visites d’expositions. Et un cycle de sensibilisation à l’art contemporain After six été mis en route en juin 2015 avec la collaboration de La Commune et de l’Espace Renaudie. Ce cycle a lieu un vendredi soir à 18h30. L’entrée est libre à tout public sur réservation au 01 48 34 41 66.

Photographie : Camille Grosperrin