Expositions récentes

En 2017, le Capa poursuit sa programmation en art contemporain avec trois nouvelles expositions, dont une carte blanche à une artiste de la Maladrerie d’Aubervilliers.

Faire chantier

Photos réalisées par Thomas Guyenet.

FAIRE CHANTIER-Web

Avec Bernard Calet, Isabelle Ferreira, Thomas Guyenet, Claude Lévêque, Pascal Lièvre et Benjamin Sabatier.
Commissaires d’exposition : Juliette Fontaine & Isabelle Lévénez.

Vernissage jeudi 4 mai 2017 à 18h
Exposition du 5 au 28 mai 2017

de 15h à 20h et sur RV au 01 48 34 41 66
3 allée Gustave Courbet 93 000 Aubervilliers

Télécharger le dossier de presse

Faire chantier, hors des lieux d’exposition habituels ; inviter six artistes dont les pratiques se confrontent radicalement aux espaces et aux lieux ; le faire avec attention dans un quartier fragile, en relation étroite avec ses habitants et son quotidien ; déployer cette proposition dans un appartement HLM en interrogeant notre capacité à transformer le réel : tels sont les points de départ de cette exposition, emblématique à de nombreux égards de la démarche du Capa – Centre d’Arts Plastiques d’Aubervilliers.

Les deux commissaires Juliette Fontaine et Isabelle Lévénez présentent ici dix-sept œuvres de six artistes : seize choisies pour leur résonance forte avec ces idées – et une création in situ. Bernard Calet déploie cinq installations qui constituent autant de dispositifs potentiellement en transformation, associant matériaux bruts de construction et signes de la modernité. À travers ses paysages abstraits, Isabelle Ferreira explore les relations et les passages possibles entre peinture, sculpture et architecture, planéité et spatialité. Avec ses deux images du chantier des Halles à Paris – un espace et un portrait, Thomas Guyenet retranscrit l’expérience de lieux en devenir et donne à voir, en les déplaçant, les changements qu’ils peuvent susciter. Pascal Lièvre réactive ironiquement avec deux vidéos et un dessin des éléments de langage révolutionnaire qui, ainsi recontextualisés, résonnent singulièrement dans ces murs. Benjamin Sabatier déploie trois sculptures dans lesquelles les assemblages parfois trompeurs de matériaux bruts et quotidiens évoquent la possibilité d’une appropriation par tous et d’une construction commune. Claude Lévêque, quant à lui, signe une création pour l’exposition : une installation in situ qui fait d’une chambre de logement social le lieu d’une transformation brutale, d’un souvenir ou d’une utopie.


Le Silence est d’or

Photos réalisées par Thomas Guyenet.

[Carton-site-web]

Le Silence est d’or avec les artistes Virginie Descamps, Irina Rotaru et Gabrielle Wambaugh – Commissaire d’exposition Juliette Fontaine.

Vernissage vendredi 10 mars 2017 à 18h – Exposition du 11 mars au 2 avril de 15h à 20h et sur RV, entrée libre.

3 allée Gustave Courbet dans un appartement de la Maladrerie – Metro Fort d’Aubervilliers. Renseignements 01 48 34 35 34 / 01 48 34 41 66

Le Silence est d’or. L’œuvre d’art ne délivre pas un sens à la manière des messages que l’on échange en communiquant par le langage. Elle n’a pas prioritairement une fonction de communication car cela supposerait qu’il faudrait comprendre une oeuvre pour la recevoir et l’apprécier. Ce n’est pas le cas.

Le titre de cette exposition Le Silence est d’or n’est bien entendu pas littéral, mais déjà donne sens par l’aridité ronde de sa forme poétique : une ligne japonaise, un haïku. Il ne s’agit pas d’évaluer la présence du silence dans les oeuvres des trois artistes exposées, mais peut-être plutôt l’amplitude de leur rigueur toute voluptueuse qui les sous tend et en affecte l’évidence de la représentation qu’elles proposent. Et en effet que représentent-elles ? De l’espace ? Du temps ? Des corps ? De l’organique ? De l’animal ? Du végétal ? Du minéral ? De l’objet ? En fait, des agencements possibles de ces univers différents et qui les rendent intimement liés. Elles sont surtout des matières de la pensée en mouvement. Elles créent des espaces d’expériences sensibles multiples qui nous désorientent et nous ravissent dans leur duplicité de sens.


Jessica-web


Partenariat avec l’OPH Aubervilliers

Soutenues par la ville d’Aubervilliers, ces trois expositions ont eu lieu en partenariat étroit avec l’OPH de la ville d’Aubervilliers, qui a permis au CAPA de lancer sa première exposition Sleep Disorders en 2014. Ainsi que les expositions Dynamique des fluides en mars 2016, et Proliférances une carte blanche aux artistes de la Maladrerie Jennifer Caubet et Flavie Pinatel en mai 2016.