Actualité

Faire chantier

Faire-Chantier-600px

Avec Bernard Calet, Isabelle Ferreira, Thomas Guyenet, Claude Lévêque, Pascal Lièvre et Benjamin Sabatier
Commissaires d’exposition : Juliette Fontaine & Isabelle Lévénez

Vernissage jeudi 4 mai 2017 à 18h
Exposition du 5 au 28 mai 2017

de 15h à 20h et sur RV au 01 48 34 41 66
3 allée Gustave Courbet 93 000 Aubervilliers

Télécharger le dossier de presse

Faire chantier, hors des lieux d’exposition habituels ; inviter six artistes dont les pratiques se confrontent radicalement aux espaces et aux lieux ; le faire avec attention dans un quartier fragile, en relation étroite avec ses habitants et son quotidien ; déployer cette proposition dans un appartement HLM en interrogeant notre capacité à transformer le réel : tels sont les points de départ de cette exposition, emblématique à de nombreux égards de la démarche du Capa – Centre d’Arts Plastiques d’Aubervilliers.

Les deux commissaires Juliette Fontaine et Isabelle Lévénez présentent ici dix-sept œuvres de six artistes : seize choisies pour leur résonance forte avec ces idées – et une création in situ. Bernard Calet déploie cinq installations qui constituent autant de dispositifs potentiellement en transformation, associant matériaux bruts de construction et signes de la modernité. À travers ses paysages abstraits, Isabelle Ferreira explore les relations et les passages possibles entre peinture, sculpture et architecture, planéité et spatialité. Avec ses deux images du chantier des Halles à Paris – un espace et un portrait, Thomas Guyenet retranscrit l’expérience de lieux en devenir et donne à voir, en les déplaçant, les changements qu’ils peuvent susciter. Pascal Lièvre réactive ironiquement avec deux vidéos et un dessin des éléments de langage révolutionnaire qui, ainsi recontextualisés, résonnent singulièrement dans ces murs. Benjamin Sabatier déploie trois sculptures dans lesquelles les assemblages parfois trompeurs de matériaux bruts et quotidiens évoquent la possibilité d’une appropriation par tous et d’une construction commune. Claude Lévêque, quant à lui, signe une création pour l’exposition : une installation in situ qui fait d’une chambre de logement social le lieu d’une transformation brutale, d’un souvenir ou d’une utopie.


Inside Out : Carte blanche à Jessica Servieres

Exposition du 8 au 22 avril
Les samedis de 15h à 20h et sur RV, entrée libre.
3 allée Gustave Courbet dans un appartement de la Maladrerie
Metro Fort d’Aubervilliers
Renseignements 01 48 34 41 66

Le quartier de la Maladrerie de par son architecture innovante est une des cités HLM les plus remarquable d’Ile-de-France. Le projet photographique Inside Out, s’est construit dans cette cité, avec la participation des habitants de ce quartier dit « sensible ». Conjugant paysages urbains et portraits d’habitants, les images en format panoramique offrent une vue à 360° d’un instant suspendu, étiré. Une sélection de différents moments sont assem- blées dans une composition à la chronologie fragmentée. Exposition réalisée avec le soutien de la ville et de l’OPH d’Aubervilliers.


Visite de l’exposition Eli Lothar au Jeu de Paume – 22 avril 2017 à 12h

Eli Lothar Web-2

L’exposition « Eli Lotar (1905-1969) » examine, sous un jour nouveau, le rôle de cet acteur crucial de la modernité photographique à travers un parcours thématique, de la « Nouvelle Vision » au cinéma documentaire, en passant par ses paysages urbains, industriels ou maritimes. Ses portraits montrent son attrait pour les poses et postures et sa proximité avec la plupart des grands artistes de l’époque. L’engagement social et politique d’Eli Lotar ainsi que son goût pour le travail collectif se révèlent dans la réalisation de nombreux projets avec des écrivains (Jacques et Pierre Prévert), des hommes de théâtre (Antonin Artaud et Roger Vitrac) ou encore des réalisateurs de cinéma connus (Joris Ivens, Alberto Cavalcanti et Luis Buñuel) que le contexte sociopolitique troublé des années 1930 ne laissait pas indifférents.

Le travail avec des cinéastes qui participent activement à l’émergence du cinéma documentaire marque fortement la carrière de Lotar, qui après guerre, réalise le film Aubervilliers (1945), un documentaire poétique sur les conditions de vie dans les taudis de cette ville.

Cette visite est gratuite. Vous devez réserver votre place auprès du CAPA 01 48 34 41 66 avant le 14 avril. Il reste quelques places !


Mercredi 26 avril 2017 : De l’ombre à la lumière
Bruno Gadenne

carriere-web

Cette séance propose d’inverser le processus classique de peinture, en enlevant la matière pour obtenir le dessin et la lumière. En partant d’un support à la surface teintée, le retrait de la matière à l’aide de chiffons, éponges, pinceaux trempés dans la térébenthine fera revenir la lumière et avec elle le corps du modèle. Des retouches éventuelles viendront appuyer certaines zones d’ombres et accentuer les contrastes. Retrouver, sous le pigment, la lumière.

Technique : peinture à l’huile (sur toile, carton entoilé, papier préparé). Prévoir pinceaux, palette, chiffons – Modèle féminin

Tarif : 12 euros. Renseignements & inscription : 01 48 34 41 66


Du 29 au 30 avril 2017 : Le Louvre-Aubervilliers ou le paysage lointain et proche
À partir de 16 ans – Vassilis Salpistis

vassilis-web

Rien de plus simple, de plus évident, en apparence, que le paysage. Depuis son apparition comme sujet autonome, on peut retrouver un paysage pour chaque moment de l’histoire de la peinture, et on pourrait presque supposer que chaque paysage a connu à un moment ou un autre une tentative d’interprétation par la peinture ou le dessin. Ce qui explique cette constance c’est qu’au delà d’un simple choix de sujet, le dessin et la peinture nous permettent à travers le paysage d’appréhender, de réfléchir et de nous situer par rapport à notre environnement. C’est peut-être pour cette raison qu’il constitue un attrait autant pour le voyageur que pour le sédentaire.

Mais faire un paysage commence par le regard, et pour voir le paysage il faut d’abord regarder la peinture. Pour faire donc un paysage à Aubervilliers, il faut d’abord prendre la ligne 7 pour aller au Louvre, se renseigner auprès de Poussin, Constable, Canaletto ou Hubert Robert.

Matériel à prévoir : carnets de croquis, appareil photo numérique, tablette numérique ou téléphone portable avec le câble nécessaire pour connecter l’appareil à un ordinateur, crayons, pinceaux.

Matériel fourni par le CAPA : papiers divers, aquarelle, encres de couleurs, encre de chine, acrylique, pastels, fusain – ordinateur pour téléchargement des images et imprimante noir & blanc…

Tarif : 65 euros. Possibilité de paiement échelonné. Renseignements & inscription : 01 48 34 41 66