Axolotl – Thierry Fournier & Laura Gozlan

Le CAPA, Centre d’Arts Plastiques d’Aubervilliers invite Thierry Fournier et Laura Gozlan pour Axolotl, exposition en duo dans un appartement de la Maladrerie à Aubervilliers, après une résidence en avril 2018.

Exposition du 5 au 28 mai 2018 de 15h à 19h
Et sur RV au 01 48 34 35 34 – juliette.fontaine@capa-aubervilliers.org
3, allée Gustave Courbet 93300 Aubervilliers
M 7 Fort d’Aubervilliers, puis fléchage jaune

Télécharger le dossier de presse.
Le projet Axolotl prend pour point de départ une convergence entre les démarches des deux artistes : un principe de transformation du vivant et d’expérimentation de ses limites. Animal aquatique rare originaire du Mexique, l’axolotl a la triple singularité de vivre à l’état larvaire, de pouvoir régénérer ses organes endommagés et de développer des poumons s’il est extrait de son mileu aquatique – ou sous l’effet d’hormones spécifiques. Ces créatures sont présentes dans plusieurs fictions, notamment dans Dune de Franck Herbert où les axlotl tanks permettent des clonages, et Le Procès de l’homme blanc de Yann Quero où ils sont utilisés pour concevoir des réseaux neuronaux télépathiques.

La pratique de Laura Gozlan s’articule autour de films expérimentaux, de sculptures, vidéos et installations visuelles. Elle s’intéresse notamment aux utopies scientifiques et à leurs communautés, explorant les liens entre contre-culture et posthumanisme, new-age, cybernétique, et leurs dystopies.

À travers une pratique d’objets, d’installations, de prints, pièces en réseau et vidéos, la démarche de Thierry Fournier forme quant à elle l’hypothèse d’une vie propre des choses, pour questionner la manière dont elles suscitent une reconfiguration de l’identité et de l’altérité.

Les deux artistes se connaissent bien. Ils ont collaboré une première fois en 2013, lorsque Thierry Fournier a invité Laura Gozlan dans le cadre de Ce qui manque, résidence de recherche et exposition dont il était commissaire à La Panacée (Montpellier) : Laura Gozlan y a créé l’installation Remote Viewing. Cette expérience a initié ensuite un dialogue constant sur leurs travaux, nourri par de nombreux champs d’intérêt communs.

Axolotl réunira à la fois des pièces existantes et des créations développées par les artistes pendant une résidence dans l’appartement qui accueille l’exposition. Celle-ci sera donc générée par les relations et croisements entre leurs deux pratiques, animée par le désir d’expérimenter un temps de travail commun.

L’exposition se déroule dans un appartement du quartier de la Maladrerie à Aubervilliers, où le CAPA est implanté depuis de nombreuses années, menant une activité de centre d’art tout en déployant des activités à l’attention des amateurs et des structures locales. Sa recherche d’espaces pour ses expositions l’a conduit à proposer un partenariat à l’OPH d’Aubervilliers qui lui met à disposition des logements sociaux entre deux locations, transformés en lieux d’exposition éphémères – et aussi, dans ce cas, en résidence.